Productivité et Organisation

Procrastination productive | pourquoi éviter les « busy-work » ?

devenir productive

Tu te demandes qu’est-ce que la procrastination productive ? Laisse moi te dresser un tableau familier.

C’est Mercredi et ma tête est en train de bouillonner. J’ai plein de choses à faire, plein de contenus à rédiger. Je consulte mon calendrier éditorial et je me décide à écrire sur la productivité. Mais avant de commencer, je vais vérifier mes emails au cas où un client aurait envoyé un message important. Une décision que je regrette deux heures plus tard, quand je suis en train de me perdre dans un énième e-book sur le copywriting.

Si ce scénario te semble familier, c’est que tu fais souvent de la procrastination productive.

Et voici pourquoi il est important d’éviter d’entrer en mode « busy-work » et comment tirer le meilleur parti de son temps.

Est-tu occupée ou produtive ?

Ce que les américains appellent « busy-work », c’est le fait d’être ou avoir l’air occupée avec des activités qui ne rapprochent en rien de ses objectifs.

Consulter ses e-mails, surfer sur les réseaux sociaux sont des tâches chronophages qui mine de rien tuent la productivité. En fait, ces activités sont qualifiées de « procrastination productive« .

Le fait est qu’une quantité incroyable de personnes tombent dans le piège de la procrastination productive chaque jour sans même s’en rendre compte.

La procrastination productive est l’acte d’être occupé.e tout en procrastinant sur les tâches les plus importantes. Même si vous travaillez 8 à 10 heures par jour et que vous vous sentez productif, vous n’êtes toujours pas vraiment productif.

En réalité, en s’occupant de mes mini-tâches triviales, on repousse le travail qui est vraiment important et percutant.

l y a quelques années, c’était également le cas pour moi. Sans m’en rendre compte, je sabotais complètement ma productivité et ma réussite. Même si je travaillais dur et j’étais occupée avec de nombreuses tâches différentes tout au long de la journée, je n’ai pas obtenu les résultats souhaités.

Comment ça se passe exactement ?

Mon objectif principal est d’obtenir plus de trafic sur ce blog.

J’ai défini trois tâches principales à exécuter :

  • le management de mon compte Pinterest ;
  • l’écriture de nouveaux articles ;
  • la création d’opt-in pages et de ressources gratuites pour mes lectrices.

Or, bien souvent, je me retrouve à faire autres choses : suivre des dizaines de webinars (sur des sujets que je connais déjà), passer énormément de temps à réfléchir à des titres pour les ressources, changer de lieu pour trouver l’inspiration et bien d’autres activités qui font que je suis occupée, tout en négligeant la tâche la plus importante : écrire !

Et ça, mesdames et messieurs, c’est de la procrastination productive.

Pourquoi éviter la procrastination productive ?

Comme toute forme de procrastination, la procrastination productive est un réflexe de fuite face à une tâche qui semble difficile.

Il est tentant de commencer la journée avec un travail rapide et facile : vérification des émails, lire les derniers articles de ses blogs préférés, etc.

Mais concrètement, voici 3 raisons pour lesquelles il faut éviter de commencer la journée par des « busy-work ».

La procrastination productive n’apporte aucune satisfaction

Il y a quelques semaines, j’ai eu une journée bien remplie. J’ai relu tous mes articles, apporté quelques modifications, lu un e-book sur le copywriting, et plus encore.

Cependant, à 20 H, quand j’ai «arrêté» le travail, j’avais l’impression que ma journée entière était perdue.Je n’avais pas écrit un mot toute la journée. Je n’ai pas fait la chose qui m’importe le plus.

Être productive ne signifie pas accomplir le plus de tâches possibles. C’est s’efforcer d’achever le travail qui te tient à cœur, même s’il est long et compliqué.

La procrastination productive est extrêmement chronophage

Parfois, je lève les yeux de mon écran après avoir lu un e-book et je suis choquée par le temps qui s’est écoulé.

Lorsqu’on se plonge dans des petites tâches qui semblent faciles à réaliser, le temps passe vite, mais pas dans le bon sens.

En fait, c’est facile de glisser de la lecture des e-mails de la journée à l’écoute de Back Street Boys en un rien de temps.

La procrastination productive rajoute plus de stress

Lorsqu’on repousse une tâche importante, le deadline nous rattrape un jour ou l’autre. Et on finit par se démener pour le terminer à temps.

Résultat : on se rajoute du stress qui aurait pu être évité si on n’avait commencé par ce travail. Et le stress peut contribuer à éteindre la passion. Et bien sur, comme habitude devient nature (au bout de 21 jours), on se retrouve à recommencer le même cycle infernal, mois après mois.

Comment éviter le piège de la procrastination productive ?

Bien souvent, nous tombons dans ce piège sans le réaliser. Nous avons l’impression que ces tâches, aussi triviales qu’elles soient, font partie des choses « à faire absolument ».

Pour se recentrer sur le plus important, il est primordial de définir clairement ses priorités.

Je veux gagner ma vie en étant blogueuse. Mes priorités sont:

  • La rédaction de contenus ;
  • La promotion de mes articles sur Pinterest ;
  • La définition de mes offres et ressources.

Apprendre le copywriting est nécessaire, mais aucune tâche n’est aussi importante que l’écriture.

Si tu souhaites créer une chaîne YouTube réussie, les priorités seraient l’enregistrement de vidéos, l’édition et la publication. La promotion de ta chaîne est une tâche inévitable, mais comment promouvoir une chaîne qui n’a pas de contenus ?

Ne pense pas, agis

Lorsqu’on a tellement de mini-tâches à accomplir, il est normal de se sentir dépassé. Écrire celles-ci dans un carnet ou sur un post-it permet de s’alléger l’esprit.

Une fois que c’est fait, tu peut te concentrer sur ce qui est vital. Si tu penses trop, tu n’agiras pas.

Si tu dois écrire, écris. Si tu dois filmer, filme !

Ne cède surtout pas à la tentation des « busy-work ». Avance sur ce qui compte réellement. En fait, le premier pas est de commencer. Une fois que c’est fait, cela devient plus facile. Tu entres dans une zone de productivité réelle et avant de t’en rendre compte, tu as terminé. Une fois tes priorités atteintes, tu peux souffler un peu avec ces fameuses busy-work .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *