rédaction web

La rédaction web n’était pas prévue dans mon parcous académique ni professionnel. Issue d’une formation en sociologie et communication, j’étais destinée à une carrière de recherche et d’enseignement.

Mais une fois arrivée à cet objectif, je me suis rendue compte qu’il n’y avait aucune marge pour ma créativité dans ce monde. Ceux qui me connaissent savent que je suis quelqu’un qui aime apprendre de nouvelles choses et en parler autour de moi.

Après plusieurs années d’enseignement, j’ai contemplé l’idée d’avoir un « side hustle », une activité à temps partiel.

Ayant toujours tenu un job étudiant, une fois ma carrière d’enseignante établie, je me suis mise à explorer d’autres activités : traduction, interprétariat, etc.

La rédaction web ne m’est venue que bien plus tard dans mon parcours de freelance.

Mes débuts dans la rédaction web

Étant traductrice, je me suis inscrite sur quelques plateformes pour proposer mes services. Et par le plus grand des hasards, j’ai reçu une commande qui m’a convaincue que j’étais faite pour rédiger du contenu web.

Une entreprise me contacte afin de rédiger du contenu pour un site vendant des logiciels destinés aux services de ressources humaines. Le client souhaitait s’inspirer de contenus en anglais pour la rédaction de ces textes. 

Je me suis donc lancé dans ce qui fut ma première commande en content marketing et j’ai adoré cet exercice.  Le client est ravi. Il me propose même de continuer à rédiger l’ensemble de ses contenus ainsi que des textes optimisés pour la section blog de son site.

Bien sur, à ce stade, je réalise que je n’ai pas les techniques SEO nécessaires. Je connais très peu de choses sur le référencement naturel, et j’ignore encore comment fonctionnent les moteurs de recherche.

J’ai donc acheté, consulté, dévoré plusieurs formations en ligne. J’étais accro ! Je passais mes nuits à voir et revoir mes contenus, à travailler mes mots clés de longue traine, à essayer différentes formulations pour les titres.

J’ai également pris le temps de mettre à jour mes connaissances sur l’établisement d’une ligne éditoriale, la définition d’une stratégie de contenu -bref, tout l’univers du marketing digital.

Au fil des mois,  le nombre de clients directs augmentant, j’ai pu arrêter de travailler pour les plateformes.  J’y suis toujours présente mais je ne vis pas de ces missions. Ce qui me plait c’est de tomber sur des projets insolites 🙂 .

Ce que j’ai appris en une année de rédaction web

Pendant ces quelques mois passés à écrire pour le web, j’ai compris certaines leçons, commis de nombreuses erreurs et  je l’espère…beaucoup évolué.

Mais l’une des plus grandes révélations que j’ai eues est que la rédaction web n’est pas un side-hustle. C’est un métier à part entière.

Pour réussir, tu dois agir, réagir et communiquer de manière professionnelle. Ceci autant dans la phase de prospection que dans le traitement des commandes. 

Mais en plus de traiter ton activité comme un vrai business, il y a plusieurs  règles fondamentales à respecter en rédaction web (d’après mon expérience).

7 règles essentielles pour réussir en rédaction web

1.      Prêter une grande attention à l’orthographe

Inutile de rappeler qu’un rédacteur web ne peut se permettre de faire des fautes d’orthographe. Et j’imagine que tu n’envisagerais pas de devenir rédacteur si tu n’as pas une certaine aisance avec les mots.

Toutefois, même les meilleurs peuvent se fatiguer, oublier un accent par ci, un s par là. Ce genre d’erreurs ne pardonne pas. Tu risques de perdre rapidement tes clients avec un texte rempli de coquilles.

2. Apprendre les règles de ponctuation par cœur 

La ponctuation en rédaction web, c’est un peu comme les points de suture du chirurgien.

Ca n’en a pas l’air, mais ça peut faire ou défaire une réputation. Si tu ne maitrises pas encore quel signe recquièrent une espace ou pas, il est temps de revoir les fondamentaux.

3. Prendre l’habitude de se relire plusieurs fois

Dans mon article sur mon processus de travail en rédaction web, je te parle d’un Premier Mauvais Brouillon. Celui qui sort tout juste de mon esprit après avoir défini mon plan et effectué les recherches. Et oui, il arrive que ce brouillon soit parfaitement correct et pourrait être livré sans nécessiter de retouches.

Mais l’expérience m’a appris que le cerveau nous joue des tours de temps en temps. Il est facile de rater une lettre ou un mot car la phrase est « lue »correctement par le cerveau.

D’où la nécessité de faire une pause, laisser les yeux et l’esprit s’aérer un peu et revenir une fois reposés.  Avec un texte complexe, je remets souvent la relecture au lendemain matin.

Je prends le temps de placer stratégiquement tous les mots-clés, de m’assurer qu’il correspond à la ligne éditoriale du site.

Tu l’auras compris, un bon rédacteur ne livre jamais un texte sans plusieurs relectures.

4. Respecter les consignes sur la forme

Le rédacteur web n’est pas un poète. C’est un travail méticuleux, complexe qui nécessite souvent des compétences techniques. Balise html, caractères en gras, illustrations ou infographies ; il nous appartient de faciliter la vie du client. Lorsque mon planning me le permet, j’essaie d’ajouter un service en plus. Oui le client ressent la même chose que toi lorsque tu as droit à un bonus, une remise ou un cadeau de la part de ton magasin préféré.

5. Rechercher un angle nouveau

Il y a peu de chances que tu reçoives un brief sur un sujet quasi-inexploité. Si ça t’arrive, tu devrais te sentir comme les pionniers qui ont découvert l’Amérique !

Mais même si ton sujet a été vu et revu, il y a toujours un angle différent à aborder, une information additionnelle à ajouter.  Fais des recherches poussées, laisse ton expérience parler et apprends à accrocher le lecteur avec des expression bien placées.

6. Accueillir les critiques et les réactions des clients

De temps en temps, tu auras un client exigeant, parfois même impossible à satisfaire. 

Pour moi, c’est l’occasion de progresser, d’évoluer et d’améliorer mon style. 

7. Communiquer avec ses clients

Je pense qu’ici, je dois faire mon mea culpa.

Il m’arrive de prendre 2 ou 3 heures pour répondre à un client. La raison est simple. Parfois, je suis tellement « in the zone » que la moindre interruption me fait perdre mon fil d’idées. Alors, j’ignore mon téléphone qui me balance les notifications whatssap, slack ou je ne sais quoi d’autre.

C’est une très mauvaise habitude.

Le client te fait confiance pour un projet qui lui tient à cœur, pour la réussite de sa présence en ligne. Il est parfaitement normal, qu’il te demande comment ça se passe de temps en temps.

Apprend à communiquer plus souvent avec tes clients, tu peux convenir avec d’horaires pendant lesquels tu es disponible pour discuter projet avant de mettre tes headphones.

Voilà les quelques leçons que j’ai tirées de mon expérience. Toutefois, je ne me considère pas comme une experte. J’ai appris sur le tas avec beaucoup de travail de recherche. Peut-être que ton expérience sera différente. En tout cas, j’espère que mon parcours et mes erreurs t’aideront à te lancer et profiter des nombreuses opportunités qui seront sur ton chemin.